Le testament de Marie, de Colm Toibin

Soasig Chamaillard | Détournement Statue Sainte Vierge | Super Marie


MON AVIS

L’histoire en quelques mots :

« Ils sont deux à la surveiller, à l’interroger pour lui faire dire ce qu’elle n’a pas vu. Ils dressent de son fils un portrait dans lequel elle ne le reconnaît pas et veulent bâtir autour de sa crucifixion une légende qu’elle refuse. Seule, à l’écart du monde, dans un lieu protégé, elle tente de s’opposer au mythe que les anciens compagnons de son fils sont en train de forger. Lentement, elle extirpe de sa mémoire le souvenir de cet enfant qu’elle a vu changer. En cette époque agitée, prompte aux enthousiasmes comme aux sévères rejets, son fils s’est entouré d’une cour de jeunes fauteurs de trouble infligeant leur morgue et leurs mauvaises manières partout ou ils passent. Peu à peu, ils manipulent le plus charismatique d’entre eux, érigent autour de lui la fable d’un être exceptionnel, capable de rappeler Lazare du monde des morts et de changer l’eau en vin. Et quand, politiquement, le moment est venu d’imposer leur pouvoir, ils abattent leur dernière carte : ils envoient leur jeune chef à la crucifixion et le proclament fils de Dieu. Puis ils traquent ceux qui pourraient s’opposer à leur version de la vérité. Notamment Marie, sa mère. Mais elle, elle a fui devant cette image détestable de son fils, elle n’a pas assisté à son supplice, ne l’a pas recueilli à sa descente de croix. À aucun moment elle n’a souscrit à cette vérité qui n’en est pas une. »

**Papillonnage** ©Papillon*Papillonnage

Les cordes sensibles :

Le testament de Marie, est un roman qui m’a été conseillé par l’une d’entre vous. Et je remercie infiniment cette personne de m’avoir fait découvrir un nouvel auteur. Je ne connaissais ni d’Eve ni d’Adam Colm Toibin, et je suis heureuse d’avoir découvert sa plume qui m’a beaucoup plu ! Une plume à la fois sèche mais teintée d’une douce poésie, d’une douce mélancolie qui donne énormément de véracité à l’histoire.

Ici la Vierge Marie n’est plus une sainte. C’est une femme comme vous et moi. Une femme avec ses peurs, ses angoisses, ses joies et un amour inconditionnel pour son fils.

On sent entre chaque ligne le désarroi de cette femme, cette fatalité brutale qui ne peut être évitée.

Je me suis d’ailleurs fait une réflexion lors de ma lecture, et je n’ai pu m’empêcher de comparer ce roman avec l’évolution artistique de la Vierge Marie à travers les âges. Colm Toibin ici nous humanise la Vierge Marie pour nous la rendre plus vivante et moins iconique. Et cette volonté d’humaniser la Vierge Marie est un trait que l’on distingue dans l’Histoire de l’art. Les artistes cherchaient à rendre le plus réel possible cette figure des saintes écritures. Pour cela, ils en ont fait la Mère des mères, la sainte des femmes.

**Papillonnage** ©Papillon*Papillonnage

Bien qu’il ne me semble pas qu’ici Colm Toibin écrive en des fins bibliques (je ne l’ai pas vécu comme tel), on sent qu’il y a un véritable défi à relever : rendre humain une sainte, une icône. Rendre humaine la mère de Jésus.

D’ailleurs en parlant de Jésus, il faut que je vous avoue une chose : je l’ai trouvé égocentrique, orgueilleux et tout à fait détestable. Lors des noces de Cana surtout, où il prend sa mère de haut, se sent au-dessus des autres (même si il l’est). C’est assez frappant et déstabilisant de voir la figure de Jésus interprétée de cette façon ; un peu comme une rock star pourrie gâtée.

J’ai aussi aimé découvrir les écrits de la Bible de cette manière.

Finalement Colm Toibin, ici, modernise les Saintes Ecritures. Un vrai challenge ; mais un challenge plutôt réussi !

**Papillonnage** ©Papillon*Papillonnage

Pour résumer, Le testament de Marie de Colm Toibin, fût une bonne lecture. J’ai aimé découvrir Marie de cette manière : comme une simple femme, un simple être humain. Même si ce n’est pas une lecture de pur divertissement ; les sujets abordés sont difficiles : la perte de son enfant, la peur, la mort, j’ai apprécié découvrir la plume de cet auteur. Je ne manquerais pas de me retourner sur ses ouvrages lors de mes ballades en librairies !

BONNE LECTURE

Lacavernedhaifa

Publicités

11 commentaires

  1. Je suis contente que tu aies aimé 🙂
    La plume de Colm Toibin a vraiment quelque chose de spécial… J’ai eu un énorme coup de cœur pour « Brooklyn » du même auteur que je te conseille vivement ! 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Comme beaucoup, je connais surtout l’auteur au travers de son fameux roman, Brooklyn…que je n’ai toujours pas lu, d’ailleurs… 😀 Ca ne saurait tarder parce qu’il est dans ma PAL.
    Bref ! Je ne savais pas du tout que Colm Toibin s’était attelé à écrire un tel roman ! Ca me surprend mais me rend curieuse en même temps…ça ne doit pas être évident de se lancer dans la rédaction d’un tel roman…le sujet est assez…comment dire ? Brûlant ? S’attaquer à la religion, ce n’est pas facile. Je lirais peut-être ce roman…quand ? Je ne sais pas, mais il me tente. Ta chronique étoffée me permet d’y voir plus clair et d’avoir une idée de ce que à quoi je dois m’attendre. ^^

    Aimé par 1 personne

  3. C’est clair que s’attaquer à la religion de cette manière c’est un sacré défi. Mais je trouve qu’il a réussi à s’attaquer à ce sujet sans salir les personnages. Bien sûr il leur enlève toute la mystique qu’il y a autour mais il ne les dénature pas pour autant. Un super roman !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s