L’infortune de Kitty Grey de Mary Hooper

O.o Me, subjecting myself to the lude, crude, and obscene while looking for good art on Pinterest... why is this stuff even on here!?:

Un auteur, une histoire :

Mary Hooper est une romancière britannique née en 1948 à Londres.

C’est suite à la lecture de plusieurs nouvelles qu’elle se lance, à son tour, dans l’écriture. Spécialisée dans les romans à caractère historique, il faut savoir que cette autrice, lu par en classe par les collégiens, a quitté l’école à l’âge de 15 ans. Bien qu’elle reprend ses études des années plus tard, son parcours prouve bien que « quand on le veut, on le peut » ! Il ne faut jamais désespérer et croire en ses rêves. Avec beaucoup de motivation et de travail on arrive toujours à réaliser de merveilleuses choses !


MON AVIS

 

L’histoire en quelques mots :

1815. En pleine époque victorienne, Katherine Grey, surnommée Kitty, jouit d’une vie paisible dans la campagne anglaise. Ses journées sont rythmées par la traite de ses vaches, la préparation quotidienne du beurre et de la crème, les commérages avec ses collègues sur les demoiselles de la ferme, mais surtout par les beaux yeux de son amoureux Will.

Kitty est une jeune fille rêveuse qui n’attend qu’une seule chose : la demande en mariage de son bien aimé.

Mais lorsque celui-ci disparaît du jour au lendemain en lui laissant sur les bras sa jeune soeur Betsy, son monde s’effondre ! Elle se sent totalement abandonnée et perdue.

Elle le sait, Will est parti à Londres. Lui qui en rêvait tant… Alors lorsqu’elle a l’opportunité d’y aller à son tour, l’espoir de le retrouver fait surface.

Mais la promesse d’une aventure extraordinaire s’essouffle vite au prix d’un séjour totalement cauchemardesque.

Kitty Grey par une suite de péripéties, va se retrouver derrière les barreaux de la célèbre et horrible prison de Newgate !

Les cordes sensibles :

Kitty Grey est une jeune fille naïve qui n’a connu de sa vie que sa campagne natale. La vie citadine lui est inconnue et étrangère.

Lorsqu’elle arrive à Londres, après un voyage long et tortueux sur le dos d’une voiture, la ville lui paraît bien plus grande que dans son imaginaire. Et très vite, elle se rend compte que retrouver Will c’est comme chercher une aiguille dans une botte de foin !

Je n’ai pas réussie à m’attacher à cette jeune fille sûrement parce que notre différence d’âge est trop grande. Je l’ai trouvé totalement naïve et même un peu bête. Souvent j’avais envie de la secouer pour lui remettre les idées en place et la forcer à se bouger les fesses.

Ce n’est pas qu’elle ne fait rien pour s’en sortir, au contraire, lorsqu’elle se retrouve sans un sou en poche, elle cherche du travail par exemple, mais à sa place j’aurais fait bien plus, même à son jeune âge.

Je regrette aussi que la maison d’éditions nous en dise autant sur la quatrième de couverture car ça nous gâche le plaisir de la découverte. Franchement, on n’apprend rien de nouveau sur les péripéties de l’histoire pendant plus de la moitié du roman, et je trouve que ça fait dommage !

Toutefois l’aspect purement historique du roman est époustouflant. J’ai aimé les descriptions des rues, des odeurs et des bruits londoniens.

Nous sommes confrontés à une Justice impitoyable où voler un morceau de pain est puni par la corde au cou !

Je me suis mise dans la peau d’un collégien pour qui le roman est destiné, j’ai véritablement retrouvé les sensations que j’avais eu à la lecture de Le dernier jour d’un condamné, de Victor Hugo. Cette misère humaine et sociale qui grouille aux quatre coins de la ville est presque insoutenable à l’imagination !

On sent que Mary Hooper maîtrise son domaine de prédilection : le XIX° siècle.

De manière générale, je trouve que L’infortune de Kitty Grey répond bien aux attentes du lectorat visé. C’est un roman que je conseillerais volontiers à un adolescent de 11 ou 12 ans, qu’il soit fille ou garçon.

Il faut souligner aussi l’excellent travail d’édition de la collection Les grandes personnes de la maison Gallimard. La couverture de Pierre Mornet est magnifique et donne envie de se plonger entre les pages.

Pour résumer, L’infortune de Kitty Grey de Mary Hooper fût une bonne lecture malgré le fait que je ne me sois pas du tout attachée au personnage principal.

Guards climbing Big Ben. steve-antony-450:

BONNE LECTURE

Lacavernedhaifa

Publicités

4 commentaires

  1. Dommage que tu n’aies pas totalement adhéré ! Malgré mon amour fou pour l’époque victorienne, je pense que je vais passer mon chemin car au vu de ce que tu dis, je pense que l’histoire et les personnages ne sont pas assez creusés pour vraiment me plaire.

    Aimé par 1 personne

  2. Franchement, connaissant tes goûts j’aurais dû mal à te dire le contraire. Pour moi c’est un roman qui s’adresse vraiment à des collégiens. Et pour ce lectorat ce roman est superbe. Pour nous, c’est pas le roman de folie. Par contre si tu as un achat à faire pour un cadeau ça peut être une bonne idée. Si j’avais 12 ans j’adorerais ce roman 😉

    J'aime

  3. Justement c’est l’aspect historique du roman qui m’a plût plus que l’histoire en elle-même. Si j’étais prof de français au collège je ferais lire ce roman à mes élèves en parallèle de leur cours d’histoire. Il y a de beaux sujets à exploiter en classe je pense.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s