Mary Wollstonecraft, la féministe !

Résultat de recherche d'images pour "mary  Wollstonecraft"

Le portrait du mois d’Avril est un portrait particulier, tiré du roman « Le pays du nuage blanc » de Sarah Lark.

Au début du roman, l’une des héroïnes, Hélène, lis des ouvrages d’une certaine Mary Wollstonecraft, une écrivaine féministe de la fin du XVIII° siècle.

Mary Wollstonecraft est née le 27 Avril 1759 à Londres. Elle y rend aussi son dernier souffle le 10 Octobre 1797.

Venue au monde dans une famille aisée, on pourrait penser que Mary Wollstonecraft eu une vie facile. Pourtant, un grand malheur va ruiner la famille , contrainte de laisser au passé une vie stable et tranquille pour déménager souvent…

https://i2.wp.com/www.chasses-au-tresor.com/wp-content/uploads/2013/01/Plume-NB.jpg

Comme on le dit souvent, alcool et raison ne font pas bon ménage ! De cette manière, Mary est confrontée à un père violent qui bat son épouse une fois le gosier bien plein. La courageuse Mary n’hésite pas à se poser devant la porte de la chambre conjugale pour protéger sa mère.

Ce rôle protecteur, elle l’aura également avec ses deux soeurs. Surtout avec sa soeur Eliza qu’elle encourage à quitter son mari et ses enfants après une dépression post-partum. Je rappelle que pendant longtemps, les mariages étaient arrangés, et souvent, pour ne pas dire généralement, ce n’était pas des mariages heureux. Et parce qu’il était pratiquement impossible de divorcer, notamment parce que la femme était totalement dépendante de son époux, j’imagine que les dépressions étaient choses courantes auprès de la gent féminine du XVIII° et XIX° siècles.

Mary va donc aider sa soeur à s’enfuir, mais comme je vous le disais, « femme » et « liberté » ne sont pas des mots associables à l’époque : Eliza ne pourra se remarier et vivra toute sa vie dans la misère.

https://i2.wp.com/www.chasses-au-tresor.com/wp-content/uploads/2013/01/Plume-NB.jpg

Mary est toutefois une femme qui tend depuis toujours vers son indépendance. En 1778 elle décide de quitter le nid familial pour devenir demoiselle de compagnie chez une certaine Mme Sarah Dawson : une veuve acariâtre résidant à Bath, près de Londres.

En 1780, elle revient auprès de sa mère mourante.

Cette période de sa vie est un vrai tournant vers sa destinée. Mary, après le décès de sa mère, arrête son travail auprès de Mme Dawson chez qui elle n’est pas très bien traitée, pour se lancer dans une carrière littéraire afin d’essayer de faire changer les choses. Ma foi, c’est un choix plutôt radical et risquer pour son époque car il est très difficile pour une femme de vivre de sa plume.

« Mais si les femmes doivent être exclues de la participation aux droits naturels du genre humain, et totalement privées de donneurs leurs voix, du moins dans ce qui les concerne particulièrement, prouvez d’abord, pour vous laver du reproche d’injustice et d’abus, qu’elles manquent de raison : autrement cette tache dans votre nouvelle constitution, la première qui ait été fondée sur la raison, témoignera toujours aux siècles à venir que l’homme ne peut s’empêcher d’agir en tyran et la tyrannie dans quelque partie de la société qu’elle lève son front d’airain détruira toujours la moralité »

Défense des droits des femmes, Mary Wollstonecraft

Déterminée, Mary apprend le français et l’allemand afin de pouvoir faire des traductions. Mais elle publie également des critiques littéraires, ainsi que son ouvrage célèbre « Défense des droits de la femme« , un pamphlet contre la société patriarcale de son temps.

Mary est une avant-gardiste qui exprime au grand jour ses relations amoureuses non-conformes vis-à-vis des conventions de la société : elle eu deux aventures hors mariages. L’une d’elle d’ailleurs la remplie de désespoir au point qu’elle tente par deux fois de se suicider.

https://i2.wp.com/www.chasses-au-tresor.com/wp-content/uploads/2013/01/Plume-NB.jpg

C’est son mariage avec le philosophe William Godwin, l’un des pères du mouvement anarchiste qui la comblera de bonheur et d’amour. De cette union naîtra deux enfants. Deux enfants qui lui resteront étrangers. Elle meurt de la suite de l’accouchement de son deuxième enfant.

J’espère que ce portrait d’artiste vous aura plu. Je ne connaissais pas Mary Wollstonecraft auparavant, mais aujourd’hui je ne peux considérer cette femme comme anonyme et sans importance. D’une certaine manière, c’est un peu grâce à elle si aujourd’hui nous sommes ce que nous sommes ; nous les femmes !

Lacavernedhaifa

Publicités

5 commentaires

  1. Il n’y a aucune honte à avoir ! Ne t’inquiètes pas, je ne la connaissais pas du tout il y a de ça deux semaines, et je suis sûre que plus de la moitié des gens de la planète ne la connaisse pas. Il y a tellement de personnages fantastiques qui ont marqué l’Histoire qu’on ne peut pas tous les connaître. Je suis heureuse de t’avoir fait découvrir un personnage dont on entend peu (voir pas) parler, mais qui s’est battue pour nos droits. ❤

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s