Cat Street, tome 1 et 2 de Yoko Kamio

« Quand le rideau de velours rouge s’ouvrit… Ma vie entama son déclin. »

Résultat de recherche d'images pour

Un auteur, une histoire :

Yoko Kamio admet aisément qu’elle n’avait pas l’intention de devenir une mangaka professionnelle quand elle était jeune. Elle s’orientait plutôt vers le secrétariat mais son amour pour le dessin fut le plus fort.

Sa première série elle la débute en 1991 et s’intitule Mary-san no Hitsuji, mais c’est avec Hana yori dango, qu’elle rencontrera un succès international.

En parallèle à la sortie de Hana yori dango elle publie Cat street, une série plus mature en 8 tomes, quelle terminera la même année avant d’enchainer avec Matsuri special.

Résultat de recherche d'images pour

L’histoire en quelques mots :

Keito Aoyama est une jeune fille de seize ans qui a quitté l’école et ne sort presque pas depuis sept ans. Poussée par ses parents, elle a été une baby star, enchaînant les publicités et les spectacles. À neuf ans, elle est choisie pour le premier rôle d’une comédie musicale à succès et partage ce rôle avec Nako, une fille de son âge qui vient de commencer ce métier. Keito, qui n’avait pas d’amie jusqu’ici, est heureuse de rencontrer Nako et n’hésite pas à tout lui apprendre. Mais lorsque Nako est au sommet, elle délaisse Keito. La petite fille est paralysée, trahie par sa meilleure amie, elle est incapable de remonter sur les planches ni de revenir à une vie normale.

Jusqu’au jour où elle fait la connaissance d’un étrange directeur qui lui ouvre les portes de son établissement très particulier. Pas de cours fixes, les adolescents peuvent entrer et sortir comme bon leur semble… Grâce à ses nouvelles rencontres et à ses retrouvailles avec un ancien garçon de sa classe, Keito va peu à peu s’ouvrir aux autres.

Résultat de recherche d'images pour

Les cordes sensibles :

Dès l’ouverture de la première page, nous savons déjà que nous ne sommes pas devant un manga traditionnel. Le rideau s’ouvre, une fillette apparaît sur scène en clair-obscur… Nous savons que cette jeune fille a connu un drame, mais lequel ?

Keito Aoyama est une ancienne enfant star qui a enchaîné les publicités et les rôles au détriment de l’école mais surtout sous le jougue d’une mère diabolique qui n’a pas honte de se servir de sa fille pour assouvir ses propres desseins. Mais un jour, après un scandale qui fît la Une de tous les journaux, Keito Aoyama disparaît de la lumière pour rejoindre l’ombre…

Et l’ombre, n’aura plus aucun secrets pour elle. La fillette tombe dans une grande dépression qui la coupe du monde extérieur, de ses camarades de classe et de la vie. Ce phénomène au japon est le phénomène Hikikomori.

On peut comparer ce phénomène en Occident comme le phénomène du burn-out. Après un terrible choc, Keito Aoyama se réfugie dans sa chambre pour ne pratiquement plus en sortir. Au Japon il existe des aides pour les personnes atteintes de ce phénomène, mais c’est aussi et surtout considéré comme une honte pour les parents… Les personnes sont souvent délaissées de la société, à leur grand désespoir…

Résultat de recherche d'images pour

Mais un jour, Keito Aoyama va sortir de sa chambre et faire la connaissance d’un directeur et d’un lycée particulier que l’on appelle : école active. C’est un endroit spécial où l’étudiant vient et fait ce qu’il veut, c’est un endroit qui permet la réinsertion social et professionnelle des adolescents.

Elle va y faire la rencontre de nouvelles personnes et se créer une bande d’amis… Keito Aoyama réfléchi parfois comme une enfant et ses gestes sont souvent exagérés par rapport à la situation. Mais il faut toujours avoir en tête lors de notre lecture, qu’ici on suit la réinsertion d’une jeune fille totalement perdue qui reprend goût à la vie.

C’est un manga frais que l’on prend plaisir à parcourir, même s’il évoque un sujet difficile. Je ne me suis pas beaucoup attachée à cette jeune fille, ni à ses camarades. C’est plutôt l’atmosphère très positive qui ressort de ce manga qui m’a plu et m’a captivé. On suit les évolutions sociales d’un groupe de personnes hors du commun. Chacun avance dans la vie avec ses failles et ses peurs, mais on se rend vite compte que l’humain n’est pas fait pour vivre seul et qu’il est d’autant plus beau et plus fort lorsqu’il fait partie d’un groupe soudé.

Image associée

Pour résumé, Cat Street de Yoko Kamio, est un manga original qui évoque un sujet difficile mais de manière plutôt légère. C’est agréable de se balader entre les pages de ce manga. Les dessins ne sont pas extraordinaires mais ils créent une véritable atmosphère. Ce qui m’a également plu, c’est les relations humaines qui se tissent entre les personnages au fil des pages. C’est une série que je vous conseillerais si vous avez envie d’une lecture pas prise de tête mais qui évoque tout de même un sujet sérieux en toile de fond. Une série que je continuerais volontiers !

Note :

7/10

BONNE LECTURE

Résultat de recherche d'images pour

Lacavernedhaifa

Publicités

5 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s